Généralité de Caen en 1774

 

Présentation de la Baronnie du Mesnilbus

 

 

La Baronnie du Mesnilbus appartient à une ancienne division territoriale de notre pays qui s'organise depuis des temps très reculés et qui intervient jusqu'en 1789. Dans cette étude, je parlerai essentiellement de l'élection de Coutances, une des neuf élections de la Généralité de Caen, dont figure un relevé, ci-dessus, précisant l'année 1774. Toute cette organisation se décline en marquisats, comtés, baronnies, châtellenies et autres fiefs. Celle-ci était la base d'un travail de recensement pour la Cour des comptes, aides et finances. L'élection de Coutances comprenait entre autres cantons celui de Saint Sauveur Lendelin. La Baronnie du Mesnilbus se situait dans l'élection de Coutances et était sise dans la paroisse du Mesnilbus et Saint Michel de la Pierre, Saint Aubin du Perron et enfin Feugères, elle valait environ 5000 livres par an. Selon l'Edit, une baronnie se composait de trois châtellenies et relevait ordinairement de la couronne, elle était indivisible.

Cet Edit d' Henri III, donné à Paris le 17 août 1579 précise qu'une baronnie sera composée de trois châtellenies (chastellenies) pour le moins qui seront unies et incorporées ensemble pour être tenues par un seul hommage du Roy. Mais, cet Edit ne s'exécutait pas toujours avec rigueur et parfois, le nombre de Seigneuries tenait lieu du nombre exigé en châtellenies sans pour cela être élévées à ce titre pourtant modeste. On sait qu'une châtellenie était la plus petite partie du découpage administratif au Moyen-Âge.

Pour autant, il existe des aveux à la Chambre des Comptes de Normandie concernant cette baronnie. On trouve aussi des lettres patentes du Roi, à la date de 1676 par lesquelles sa Majesté veut, qu'à l'avenir, les barons du Mesnilbus lui rendent aveu. Il existait dans la paroisse du Mesnilbus, 25 fiefs roturiers tenus de rendre droits, devoirs et services à la baronnie...

 

Introduction à la première composition : le Mesnilbus

 

Cette paroisse appartenait notamment aux seigneurs d'Harcourt. En 1625, Pierre d'Harcourt vend château et terres du Mesnilbus à Jean Hellouin. Ce dernier achète la charge de secrétaire du Roi, celle-ci étant anoblissante. Il gagne ainsi la noblesse de robe et ajoute à son nom celui de sa terre, c'est ainsi que naît la famille de Ménibus. 

 

Les quatre villages seront à la base d'une composition, la première s'attachera à présenter le Mesnibus, la seconde Saint Michel de la Pierre, la troisième Saint Aubin du Perron et enfin la dernière, Feugères. Etude qui traitera de ces villages dans leur histoire, leur architecture... etc